Évasion cartographique : « Nomad Maps, une itinérance cartographique andine, à vélo »

En période de confinement, il est bon de s’aérer pour se changer les idées,  et d’ouvrir la porte de l’itinérance…mais ça serait oublier un peu trop vite le #restezchezvous !

Heureusement il existe de très bon films pour s’évader accessible depuis chez vous  ! Le film de « Nomad Maps »  raconte l’itinérance à vélo pendant 6 mois d’un jeune géographe à travers l’Amérique du Sud à travers les Andes colombiennes, équatoriennes et péruviennes.

« Parti sans l’intention précise de faire un film, c’est au cour de ses premières rencontres en Colombie qu’Alban décide d’interviewer les contributeurs Open Street Map rencontrés sur la route, au cas où. En rentrant en Équateur, début juillet 2019, il apprend par courrier qu’il est l’heureux lauréat de la bourse « Déclics’ jeunes » de la Fondation de France. Fort de cette récompense, sa motivation est décuplée et il décide de continuer son entreprise de prises d’interviews. A son retour en France, fin 2018, il prend du recul, commence à effectuer ses premières conférences sur son aventure et comprend rapidement que ces précieux témoignages collectés seraient un excellent moyen de transmettre sur son expérience et de faire passer des messages au sujet de la cartographie. Début 2019, il se lance dans l’écriture du scenario et implique son ami réalisateur Tom Mattei dans l’édition du film documentaire. Début mars 2019 ont lieu les premières projections du film à Pau puis à Bordeaux. » (Source Nomad Maps)

On ne peut que vous conseiller de visionner ce magnifique documentaire sur le site de l’association ou en cliquant sur l’image ci-dessous. Au passage, le film est hébergé par la plateforme Peertube qui promeut l’hébergement de vidéos décentralisé, en réseau, basé sur du logiciel libre…c’est pas beau ça 😉 ! (PS : Pour activer les sous titres ça se passe sur la petite roue cranté du lecteur )

Merci a Alban et a toute son équipe (Alban, Joaquim,Yasmine,Amanda, Jérôme et Eulalie) d’avoir concrétiser ce projet et de nous faire partager cette expérience cartographique haute en couleurs.

L'affiche du Film : « Nomad Maps, une itinérance cartographique andine, à vélo » : source Nomad Maps

nomad_maps_film

Confinement Covid-19 : Carte de France des commerces accessibles

Malgré la période de confinement, une initiative en provenance de  la commune de Montrouge a proximité de Paris a été particulièrement appréciée, par la mise en place d’une carte collaborative des commerces ouverts.

Cette initiative a été appuyée par la suite par de nombreux membres de la communauté afin d’étendre cette carte à l’ensemble de la France, consultable depuis Mercredi 26 Mars à cette adresse : caresteouvert.fr

A l’image du projet OpenStreetMap, ce projet n’en reste pas moins collaboratif et se base  d’une part sur une liste gouvernementale et enfin, sur la connaissance des internautes  qui peuvent faire remonter des informations de terrain. Celles-ci concernent l’état actuel du commerce, en particulier si il est ouvert ou fermé, ses horaires d’ouvertures.

Une application qui redonne du sens au local, à la solidarité et offre la possibilité de se rendre utile en participant à ce projet de carte citoyenne. Un commerce n’existe plus, a déménagé ou n’est pas visible ? modifier la carte en quelques clics grâce aux aides pratiques.

En attendant l’ajout d’autres types d’informations comme les lieux de collectes de sang, cette initiative est la bienvenue dans un contexte ou chacun doit rationaliser ses déplacements et s’adapter en fonction de son contexte personnel aux effets du confinement.

Caresteouvert, un bel exemple de la logique collaborative du projet OpenstreetMap, source image : LaVoixduNord 27 Mars 2020

Retour de la Cartopartie de Rosendael

Malgré le temps peu clément du mercredi après-midi on souhaitait remercier l’ensemble des personnes présentes pour l’ambiance chaleureuse que chacun et chacune  a apporté. Et également un grand merci à la mairie de Rosendaël et la Maison de l’environnement qui dans le cadre du « FIL » (Fabrique d’Initiative Locale) nous a convié, pour cette petite cartopartie qui a permis de relever plein de choses de notre quotidien autour de la Mairie.

Même si le temps de la saisie partie après la balade était un peu court pour rentrer dans les détails de la saisie OpenStreetMap, on s’est rendu compte que malgré tout, cela n’a pas arrêté les participants et participantes à saisir beaucoup d’informations. Grâce à vos contributions, la carte libre et participative « OSM » s’est considérablement enrichie…la preuve en image

La carte OpenStreetMap de Rosendael avant votre contribution….
…Après une petite balade pluvieuse, un peu de café et beaucoup d’enthousiaste 😉

On espère que vous avez apprécié ce moment et que l’occasion de se recroiser se présentera. Si vous êtes intéressés par le projet OpenStreetMap avec des thématiques qui vous tiennent à cœur, nous allons initier des rencontres à la maison de l’environnement à partir du Mois de Mars 🙂 .

Thomas de l’équipe Cartopen

Cartoparty des lieux éco-responsables

Dans la continuité des initiatives impulsées par la FIL « Passons au vert à Rosendaël », La Maison de l’environnement et l’association CARTOPEN proposent un atelier convivial de recensement des lieux éco-responsables du quartier de Rosendaël

Une manière ludique et originale de contribuer au FIL « Passons au vert à Rosendaël ». L’idée de cette ballade urbaine est de pouvoir avant tout se promener , aller à la rencontre des acteurs alternatifs du quotidien, se rencontrer et se former au projet de carte libre et collaborative OpenStreetMap, le « Wikipedia cartographique ».

Date & Lieu :

Le mercredi 6 février 2019 A 14h00 En Mairie de quartier de Rosendaël – salle du 4ème étage

Pour plus de renseignements vous pouvez contacter :
Anne-Sophie HENRY 
Coordinatrice des services Mairie de quartier de Rosendaël Ville de Dunkerque
03 28 26 27 36
anne-sophie.henry@ville-dunkerque.fr

Qwant Maps avec OpenStreetMap c’est un grand « oui » !

Qwant Maps nouveau challenger a Google Maps

La Cartographie sans collectes de données personelles

Qwant se veut comme une alternative viable dans le monde des moteurs de recherche au géant américain Google en favorisant la protection des données personnelles de ses utilisateurs et la promesse solennelle de ne pas « revendre ». Outre cela Qwant possède son propre algorithme de recherche et indexation faisant de lui  un concurrent de plus en plus sérieux au géant américain , vis a vis d’utilisateurs soucieux de protéger leur anonymat aprés les nombreux scandales de cette année.

Le développement et la rémunération de Qwant comme moteur de recherche européen se fait par des publicités moins intrusives, ciblées uniquement sur les recherches de l’utilisateur et non sur le regroupement de données le concernant. Si Qwant a développé au fil du temps plusieurs types de services (Qwant Music, Qwant Games, Qwant Junior pour les enfants…etc) il projette d’en développer d’autres comme Qwant Pay pour remplacer Paypal, QwantMail pour Gmail et Qwant Maps sorti dans la semaine du 6 décembre en version alpha  vis a vis du mastodonte Google Maps

L’importance des données cartographiques…libres !

Qwant Maps / Paris / source : https://www.phonandroid.com

A ce jour autour de 30% de nos recherches internet concernent des lieux, des adresses, et le recours massif à la géolocalisation n’a jamais été aussi important dans les applications. Assainir le quasi monopole de Google (Alphabet)  est devenu de plus en plus vital pour le monde numérique, comme l’illustre la hausse significatives des services Google. En effet,  il y a quelques mois ce dernier n’a pas hésité a augmenter drastiquement les tarifs de ses produits, prenant de cours de nombreuses entreprises et développeurs, qui pour certains se sont tournées vers des alternatives  libres comme OpenstreetMap.

Le service est basé sur les données cartographiques de la communauté OpenStreetMap. Bien que  encore dans une version alpha, c’est à dire qu’elle ne permet pas d’assurer les fonctions que l’on trouve dans GoogleMaps comme les itinéraires ou encore le street view. Par contre, on retrouve la recherche avec un champ dédié et la gestion de favoris avec des points d’intérêts qui peuvent être partagés. Le service est basé sur les données cartographiques de la communauté OpenStreetMap. Mais pour la première fois on se retrouve devant quelque chose de libre qui va s’enrichir au gres des moyens et de l’expérience utilisateurs…et on ne sera pas poursuivi par les pubs en fonction des endroits qu’on recherche.

De notre coté on espère que des fonctionnalités comme le Street view apparaîtront (rendu possible sous Openstreetmap par le projet Mapillary) , ce  qui viendra renforcer le poids de Qwant Maps dans les recherches de géolocalisation. Cependant dans les conditions d’utilisation de Qwant Maps, on peut également lire que (prochainement) le service pourra  » afficher des éléments issus de bases de données fournies par ses partenaires, tels que par exemple des fiches d’informations sur les professionnels, descriptions, avis de consommateurs, adresses, horaires d’ouverture ou encore numéros de téléphone. « 

Sortir des GAFAM…c’est possible 🙂

On se rapproche de plus en plus d’un idéal qu’on peut se faire de la cartographie comme un outil au service d’une société et non au détriment de celle-ci.

La route est longue, mais la voie est libre !

Vous pouvez aussi visiter,  liker (…ou pas) notre page Facebook pour recevoir nos dernière News ;)

Cartopen à la biennale de cartographie de Lille le 1er & 2 Décembre

Cartopen à la médiatheque de bois blanc le Samedi 1er décembre de 14h à 18h : "Cartopartie Espace public"

🗺️ BIENNALE DE CARTOGRAPHIE 🗺️

 

Nous participons à une biennale de cartographie a Lille le Samedi 1  décembre  de 14h a 18h à la médiathèque des  Bois Blancs & le Dimanche 2 Décembre de 9h à 13h a l’échappée Bière organisé par l’association Interphaz…Mais pourquoi une biennale de la cartographie ? Nous laissons la parole à Felicia de l’association Interphaz

« La cartographie est souvent perçue comme n’étant qu’un objet géographique permettant la représentation scientifique de l’espace. Mais la carte peut autant nous offrir un voyage dans l’espace que dans le temps. Elle devient alors un outil magique qui peut révéler bien des secrets en donnant à voir l’invisible (des flux immatériels, des mutations, des faits…). La Biennale de Cartographie est l’occasion de la mettre à l’honneur et de vous la faire découvrir ! Venez la parcourir, la créer, l’expérimenter et vous l’approprier durant ces quatre jours à travers des ateliers, des conférences et des balades qui vous offriront un nouveau regard sur le territoire. »

Si vous n’etes pas convaincu par le sujet vous pouvez toujours venir vérifier par vous même ! 🙂

Cartopen à l'Echapée Bière le Dimanche 2 décembre de 14h à 18h : "Initiation à Umap"

Programme de la Biennale

Le Phare Dunkerquois met un coup de projecteur sur Cartopen

On vous fait suivre ici un petit article du journal local le « Phare Dunkerquois en date du 09 Novembre, merci a eux en tout cas ! 🙂

Qui n’a pas utilisé, un jour, sur son smartphone, Google Maps ? Délicat d’aller à l’encontre du géant de la Silicon Valley. C’est pourtant le souhait de Thomas Dubeau et de deux de ses acolytes qui ont, depuis un an et demi, intégré le cercle d’Open Street Map, alternative affirmée à Google, via leur association Cartopen.

À l’échelle mondiale, Open Street Map fonctionne avec quatre millions de contributeurs, mais à Dunkerque, qu’en est-il ? « Nous sommes à la recherche de structures (ex : office de tourisme, ndlr) et de citoyens pour nous aider à continuer de développer ces cartes  », précise Thomas Dubeau, référent dans le Dunkerquois.

Open Street Map, disponible via applications ou sur Internet, peut apporter une flopée de détails que n’a pas Google Maps  : « On peut penser par exemple sur Dunkerque à faire une carte avec la liste des lieux accessibles aux personnes à mobilité réduite, ou encore recenser les sites pour les déchets, les parkings et même le type d’arbres présents dans les parcs. »

L’idée de Thomas Dubeau est également d’aller puiser chez les habitants, le contact social de demain. « On pourrait penser à regrouper des habitants d’un même quartier pour faire un tour de là où ils habitent et établir un diagnostic sur ce que dispose le quartier ou non. Le réseau de bus gratuit pourrait aussi y figurer. »

Téléchargeable sur smartphone et ensuite utilisable sans solliciter ses données Internet, Open Street Map entend déployer son potentiel à l’échelle dunkerquoise  :  « Chacun peut contribuer. Même avec un stylo et un cahier, on recense ce qui existe dans un secteur. »

En se rendant sur l’application, on observe que certaines cartes sont déjà disponibles, comme les différents bâtiments de l’Ulco ou encore les lieux historiques.

« D’un point de vue touristique, ce serait l’idéal d’accueillir les étrangers avec des cartes complètes sur téléphone et réalisées à l’aide des citoyens ou encore des associations que l’on peut former pour aider à peaufiner ces cartes. »

Les personnes intéressées peuvent envoyer un mail à hello@cartopen.com

GOOGLE MAPS PAYANT : CHANGEMENT DE PLAN !!

Nous en parlions début mai et l’annonce a fait grand bruit : la célèbre carte google, utilisée comme une évidence (simple et « gratuit ») pendant des années par de nombreuses structures publiques et/ou privées sur leur site web, change subitement ses conditions d’utilisations et réduits les doses gratuites de 96% tout en augmentant celles payantes de 1400% ! Wow, Google va perdre des amis sur FB… 😀

Quasi-Monopole ? dumping ? Il est clair que dans le domaine de la cartographie en ligne, Google lance une offensive en pleine guerre web du « ou ».

Prises de court, tenues en otages par cet ogre du numériqu€, certaines collectivités comme le département du Maine-et-Loire ont mis les bouchées doubles pour trouver une alternative libre-et-gratuite, efficiente, participative et donc vivante ! Avant le 16 juillet date du passage à la nouvelle douloureuse (200 000 visiteurs par mois sur le site du CG 49, autant éviter ce cadeau estival au contribuable !).

Après une réflexion stratégique, leur choix se porte en toute logique vers la solution de qualité au meilleur coût : OpenStreetMap ( 😉 ) , qui sera désormais le fond de plan de référence de leur nombreux services cartographiques (info routes 49, sentiers nature, collège de rattachement ou encore les établissements d’accueil des personnes handicapées).

Un bel exemple de réactivité et d’adaptation qui, nous en sommes convaincus à CARTOPEN, renforcera la crédibilité et l’amélioration des solutions libres sans oublier le nerf de notre guerre pacifiste : La contribution, car utiliser c’est bien – contribuer c’est mieux ! sans elle, point de cartes aussi riches et des fonctionnalités rendant de nombreux services !

Bravo encore à eux,  la route peut sembler longue mais la voie est libre…

 

Cet article a été rédigé à partir de l’article paru sur developpez.com

EN SEPTEMBRE : QWANT MISE SUR OPENSTREETMAP !

Bon si on commençait par le début…Vous connaissez QWANT ? Qwant pour faire simple est un moteur de recherche fondé en 2013 en France qui se veut une alternative à Google, donc travaillant sur un algorithme qui lui est propre, respectueux de la vie privé et comptant aujourd’hui près de 70 millions d’utilisateurs ! Il est en passe de devenir le 1er moteur de recherche qui pourrait sérieusement concurrencer l’ogre Google.

Bon ok pour l’instant avec 10 milliard de requête par an contre 3.3 milliard par jour pur Google c’est un nain « numérique », mais il faut bien commencer quelque part , et un environnement sécurisé, respectueux de la vie privée de ses utilisateurs, sans collecte ni revente de données est un argument de poids.

RENTREE DES CLASSES POUR QWANT

Ayant intégré des nouveaux locaux  ce mois-ci , le petit moteur de recherhce a décidé de lancer de nouveaux services :

  • Qwant Junior (moteur de recherche destiné aux enfants, idéal pour la protection parentale des parents larguée sur le numérique)
  • Qwant sport : Suivi de l’actualité sportive
  • Qwant Mails messagerie sécurisée
  • Qwant Pay : un service de paiement mobile qui viendra concurrencer Google Pay, Apple Pay et WeChat
  • Qwant Med & Surgery : un service qui met la puissance de calcul de ses serveurs au service d’applications médicales de réalité augmentée ou d’imagerie
  • Qwant sécurité civile : ‘Information des populations en cas de crise
  • Et le plus important (pour nous) Qwant Maps !!!!

QWANT MAPS

Face au rouleau compresseur Maps de Google  qui dispose  « d’un accès direct à des satellites d’observation de la terre, de moyens variés d’acquisition d’images et de données géographiques sur le terrain, d’équipes entières de plusieurs centaines de personnes dédiées au traitement et à la mise à jour de son globe virtuel, sans parler des développeurs qui peaufinent chaque jour l’expérience utilisateur dans Google »  Qwant Maps veut tenter de relever le défi en présentant  un service de géolocalisation sans collecte de données personnelles.

Il faudra attendre Septembre pour le confirmer mais il est fortement possible que les données OpenStreetMap soient mises à contribution pour relever ce challenge. En effet, seule une base mondialisée de plus de 4 millions de contributeurs peut être à même de concurrencer les autres services de géolocalisation privatifs.

Qwant tout un symbole ?

Qwant, devient le symbole politique d’une Europe qui tente de conquérir sa souveraineté numérique, et en plus qui est capable de se lancer des défis d’envergure. A ce jour, il ne faut pas non plus imaginer que tout soit rose, notament dans la transparence des algoritmes etc…mais c’est quand même plus sain que Google.  On espère que lorsque les données OSM seront utilisées on assistera a des synergies positives visant a répondre au plus grand nombre d’un coté en protégeant la vie privée mais aussi à améliorer la base OpenStreetMap.

En tout cas à Cartopen on trouve ce genre de défis bien cool !!! 🙂

Qwant chez France inter